La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Il n’est pas rare qu’un chien ou qu’un chat se gratte ou se lèche durant la journée. Cependant, effectués de manière excessive, ces grattages sont définis comme étant un prurit et sont considérés anormaux. Rapidement, des zones de pertes de poils, ou alopécie, sont découvertes de même que l'apparition de zones rouges et suintantes. Les causes les plus fréquentes de prurit et de dermatoses sont ces trois groupes de dermatites :

  • Allergiques : causées initialement par des morsures de parasites et/ou des allergies topiques (de contacts) ou alimentaires.
  • Infectieuses : causées par des bactéries et/ou des levures (ou  champignons). 
  • Parasitaires : causées par des insectes et/ou arachnides parasitiques.

Les dermatites allergiques

Très fréquentes chez le chien et le chat. Leur diagnostic et leur traitement sont souvent difficiles parce que ces maladies ont toutes des symptômes similaires. Deux, voire trois, dermatites allergiques peuvent incommoder un même animal compliquant ainsi l’analyse différentielle du diagnostic. De plus, si l’on attend trop longtemps avant de faire soigner son compagnon, ces dermatites allergiques ont tendance à se compliquer.

 

La dermatite par allergie aux piqûres de puce (DAPP)

L'infestation par les puces est un phénomène courant dans nos régions. Cependant, chez certains individus hypersensibles, elle peut être à l'origine de prurit et de lésions importantes. Les puces, lorsqu'elles piquent pour se nourrir, injectent de la salive et des substances anticoagulantes dans la peau. C’est par ces allergènes buccaux que l’animal développe une allergie aux piqûres de puces. Pour les individus atteints de DAPP, une petite quantité de salive de puce injectée suffit à déclencher et à entretenir des lésions. Il est donc possible de noter une DAPP sans la présence de puces sur l'animal. Les symptômes sont : l’alopécie due au grattage, les croûtes, l’érythème et les papules.

 

La dermatite atopique et de contact

Ce type de dermatite survient aux animaux hypersensibles à certains allergènes retrouvés dans l’environnement tel que : pollens, acariens de maison, moisissures, tissus, produits chimiques dans les tissus, etc. Ces allergènes se retrouvent dans leur système par voie respiratoire ou par la peau. En général, le grattage survient avant l’apparition des symptômes. On observe un prurit généralisé et aussi localisé. La résultante peut être; une otite, une conjonctivite ou de l’asthme chez le chat. Ici dans nos régions, nous observons des allergies de contacts aux piqûres d’insectes suceurs (mouches noires, moustiques, mouches à chevreuil et taon). On notera alors un érythème et papules au niveau des régions du ventre, des aisselles et autour des yeux. Il est recommandé de garder nos animaux à l’intérieur lors des grosses périodes de mouches. Ainsi, on évitera le choc anaphylactique qui se produit malheureusement trop souvent lorsqu'un animal se fait piquer à répétition.

 

L'allergie alimentaire
Il est le plus souvent impossible de distinguer cliniquement l’allergie alimentaire et la dermatite atopique. Cependant la première est souvent liée à la présence de troubles digestifs tels que vomissements, flatulences et diarrhée. Pour le chien, les lésions se retrouvent aux extrémités. Chez le chat, les lésions vont survenir surtout au visage et au cou. Dans leurs cas, les symptômes précurseurs sont principalement la diarrhée.

 

Les dermatites infectieuses

Les dermatites prurigineuses sont souvent infectieuses. Le chien est plus fréquemment atteint que le chat de ces affections. Chez ce dernier, elles sont quelquefois associées à des maladies graves. Chez le chien, elles peuvent être de cause inconnue, mais elles sont plus souvent secondaires aux dermatites allergiques et plus généralement à tout état inflammatoire de la peau.

 

À la malassezia
Photo gracieuseté : http://caninursing.forumsactifs.net

La mallassezia est une levure affectant autant les chiens que les chats. Les symptômes incluent; prurit, odeur de vieille graisse, rougeur, peau noire et épaissis ressemblant à une peau d’éléphant.

 

Infections bactériennes pyodermites
Chez le chien ces types d’infections, causées par un staphylocoque, créent des boutons, croûtes, ou une irritation du tour de cou, ou pire encore des lésions en forme d’écusson lorsqu’elles sont très inflammatoires. Les pyodermites n'existent pas chez le chat car sa peau résiste bien aux infections bactériennes.

Pyotraumatique
Cette douloureuse infection se retrouve chez le chien détenant un sous-poil dense en période estivale lorsqu’il fait chaud et humide. Aussi appelée «Hot-Spot» (HS) cette dermatite est une infection bactérienne superficielle de la peau qui apparaît de façon aigüe et qui se développe rapidement suite à un traumatisme de la peau. Ce traumatisme initial lié à une douleur localisée, est exacerbé par un léchage, un mordillage ou un grattage excessif. Ensuite, les bactéries se trouvant à cet endroit se multiplient soudainement car barrière de la peau n’est plus étanche à l’invasion bactérienne. L'auto-traumatisme survient suite à une piqûre parasitaire, une allergie, un érythème d’humidité, une infection bactérienne ou par champignon. Il est donc primordial d'éliminer la ou les causes du prurit sous-jacentes, sous peine de récidives fréquentes.

 

Teignes
Observées surtout chez le chat, certaines formes généralisées de teignes deviennent prurigineuses, mais le sont rarement lors de lésions circulaires éparses. Elles apparaissent, le plus souvent sur la tête, où il y a absence de poils. La teigne est transmissible à tous les mammifères, dont l’humain. Elle est donc une zoonose. Certains chats, peuvent être porteurs de teigne - et contagieux - sans présenter la moindre lésion.  

 

 

 

 

 

 

Photo de gauche : lésion caractéristique de la teigne. À droite : lésion de plus grande taille sur le dos d'un chat.
Photos gracieuseté http://www.cliniqueveterinairecalvisson.com/article-veterinaire-66-11-la-teigne-chez-le-chat

 

Les dermatites parasitaires

Plusieurs parasites sont des vecteurs d'affections cutanées accompagnées de démangeaisons importantes. Beaucoup sont des acariens et quelques-uns des insectes. Il est donc important de bien vérifier leur présence en cas de prurit et de traiter tous les animaux de la maison et parfois même cette dernière.

 

Cheyletiellose
La cheyletiellose, un acarien, vit sur la peau et se nourrit de débris cutanés s’installe sur le dos de l’animal (chien ou chat) où se forment de grosses pellicules. Le prurit est en général modéré. Chez les chiens, les races naines seraient prédisposées et chez le chat, cette dermatose est souvent rencontrée chez les persans.

Demodex
Photo d’un jeune chiot avec une infestation de demodex

Le demodex est un autre acarien qui vit et se multiplie dans les follicules pileux, mais qui cause rarement une démangeaison. Il est cependant très inflammatoire et se manifeste par des pertes de poils. On le voit plus souvent chez le jeune animal et l’animal stressé.

Gale de chien
La gale du chien reste une affection assez fréquente. La femelle de cet acarien vit dans la peau et est à l'origine d'un grattage agressif et souvent incontrôlable. Les lésions qui ressemblent à des boutons pointus, sont présentes principalement sur le ventre ainsi que sur les pattes et le visage.

Mites d’oreilles
Les mites d'oreilles sont des acariens. Leur présence se manifeste par un abondant cérumen noirâtre dans le conduit interne de l’oreille et par un prurit important des oreilles. Le pavillon externe de ces dernières peut être galeux et saigner à force de grattage par l’animal.

Poux
Les poux sont des insectes piqueurs spécifiques à l’espèce et sont visibles à l'œil nu. On les retrouve plus souvent sur des animaux affaiblis ou dans des élevages de grande ampleur.

Puces
La puce est un insecte qui vit temporairement, à son état d’adulte, sur le chien. Ce parasite se nourrit et se reproduit sur son hôte, mais vit ses autres stades de développement (œufs) exclusivement (larves et pupes) dans l'environnement. Toutes formes confondues, environ 5% des puces vivent sur l'animal, alors que 95% sont dans le milieu extérieur.

En conclusion, si votre chien ou votre chat se gratte ou se lèche de façon excessive et si vous observez des lésions cutanées, la consultation chez le vétérinaire est incontournable. En consultant dès le début des symptômes, un diagnostic précis et rapide pourra être fait de même qu’un traitement efficace. Ainsi, vous éviterez toutes complications et récidives.

 

© Martine Lavallée B.A.A. et Technicienne en santé animale

Voici notre
SUGGESTIONS
de produits pour les dermatoses de votre chat ou votre chien