La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

INFECTION URINAIRE DU CHAT

Chez les chats, les problèmes urinaires sont fréquents et les causes sont énormément variées. Encore aujourd’hui, les vraies causes ne sont pas entièrement connues.

 

LA TERMINOLOGIE :

Commençons par les noms, qui, pour désigner ce syndrome, sont nombreux. Lors de problèmes urinaires vous entendrez les mots infection urinaire, cystite (inflammation de la vessie), urolithiase (calculs ou petites pierres logés quelque part dans le tractus urinaire), MBAUF (maladies du bas appareil urinaire félin) mais plus souvent de SITUIF (syndrome inflammatoire du tractus urinaire inférieur) et de blocage urinaire (quand le chat est complètement bloqué, donc impossible pour lui d’uriner) et en anglais de FLUTD (Feline Lower Urinary Track Disease), et de FUS (Feline Urological Syndrome).

 

LES SYMPTÔMES :

  • C’est ici que le propriétaire d’un chat, surtout d’un chat d’intérieur, doit être très vigilant car les premiers symptômes du problème ne sont pas toujours très apparents.
  • Aux premières heures le chat aura une certaine difficulté à uriner, il fera plusieurs visites à sa litière en y passant de plus en plus de temps. Après plusieurs efforts, très peu fructueux, il pourra s’essayer ailleurs dans la maison. Souvent dans le bain ou le lavabo, sur un lit ou sur les tapis, le chat croyant que la litière est responsable de sa douleur.
  • Plus tard, cela devenant très douloureux, il criera, se lèchera continuellement la région génitale et souvent vous verrez quelques gouttes de sang dans l’urine, si urine il y a.

 

STRESS et ANXIÉTÉ :

Le médecin vétérinaire, naturellement avec l’aide du propriétaire, devra rechercher les facteurs de risques en posant des questions pertinentes. Il faudra aller plus loin que la simple marque de nourriture. Il trouvera TOUJOURS une certaine forme de stress ou d’anxiété subi par le patient quelques semaines ou même quelques jours avant le commencement de sa pathologie. Un stress est tout ce qui change l’environnement de l’animal. Celui-ci devient nerveux, inconfortable et craintif.

 

Voici quelques exemples de situations stressantes pour un chat :

► Déménagement, pension, rénovations, nouveaux meubles.

► Le chat d’extérieur devenu un chat d’intérieur ou un nouveau chat dans la maison.

► Les congés scolaires et le weekend de trois jours, changements d’horaires de travail.

► Les orages, la visite chez son médecin vétérinaire et son hospitalisation.

► Un nouveau membre de la famille, fête à la maison, le décès d’une personne.

► La présence de nombreux chats au domicile.

► Une litière sale, ou difficile d’accès, ou en nombre insuffisant. (Très important)

 

LES RECOMMANDATIONS :         

  • Suite à ce problème la consommation d’eau est très importante, et comme le chat  boit naturellement très peu, une nourriture en boîte sera fortement conseillée.
  • L’utilisation d’un abreuvoir automatique sera bénéfique. Le chat doit boire copieusement si on veut éviter les récidives.
  • Bien identifier le problème d’anxiété ou de stress et l’éviter si possible.
  • Il est important de savoir que plus il y a de chats dans la maison,  plus le pourcentage de récidives augmente.
  • Concernant la litière, après un problème de cette nature, une litière non-parfumée doit être utilisée. Les experts vous diront qu’il doit y avoir une litière de plus que le nombre de chats dans la maison. Ce n’est pas toujours facile. Elle doit être toujours très propre et désinfectée une fois par semaine.
  • Un chat d’intérieur doit être capable de grimper, de se cacher, de se gratter,  avoir sa place pour manger, boire et dormir et de n’être pas toujours en compétition avec les autres chats de la maison. Il doit aussi avoir des jouets.

Raymond Racicot, médecin-vétérinaire

Voici notre
SUGGESTIONS
de produits pour les infections
urinaires de votre chat