La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.


Le monde microscopique des parasites intestinaux (PI) peut nous sembler imperceptible, mais ce monde existe vraiment. On doit savoir que les PI des animaux de compagnie ont le potentiel de se transmettre aux humains (zoonose1). Certains individus sont plus vulnérables aux zoonoses: les personnes âgées et immunodéprimées, les jeunes enfants, ainsi que les femmes enceintes. 

Voici les modes de propagations les plus fréquents :

Chez nos animaux

  • Par ingestion d’œufs, de kystes2 ou de larves retrouvées dans des excréments, dans des animaux sauvages ou une eau contaminée; 
  • par la barrière placentaire; 
  • par le lait maternel;
  • par pénétration de larves dans la peau. 

Chez les humains

  • Par ingestion d’œufs retrouvés sur des aliments souillés, des poils d’animaux ou sur des mains salies par de la terre contaminée;
  • par pénétration de larves dans leur peau. 

En Amérique du Nord, les PI rencontrés sont bien adaptés à notre climat. Ils appartiennent au règne des protozoaires, ou à celui des helminthes (vers). Dans le règne des protozoaires nous retrouvons le giardia et la coccidie. Dans celui des helminthes les vers ; ronds (ascaris), à crochets (ankylostomes), à fouet (trichures) et plats (ténias). 

Certains textes parlent du vers à fouet comme étant l'ankylostome, mais dans la plupart des cas, ce dernier est plutôt un vers à crochet. Les trichures sont définitivement des vers à fouet.

Les protozoaires

Le giardia 

Le giardia affecte différents mammifères, dont l’humain, et est le protozoaire le plus commun. Il provoque de la fièvre, des diarrhées avec parfois du sang. Il produit une zoonose. 

 Cycle du giardia3

 

La coccidie 

Ce protozoaire détruit les cellules intestinales et entrave l’absorption des aliments. Très répandue chez les jeunes animaux, les symptômes sont une diarrhée chronique parfois sanguinolente et un retard de croissance. De nombreuses espèces animales peuvent être touchées et cette infection peut être transmise à l'homme.

 

Les vers ronds

Les ascaris

Œufs d’ascaris du chien, observés au microscope.
© Flukeman, Creative Commons

Les larves d’ascaris se développent en adultes dans l'intestin des animaux. Ces vers pondent des œufs microscopiques et extrêmement résistants qui survivent plusieurs années dans l’environnement une fois déféqués par l’hôte. 

Ils sont surtout inquiétants pour les chiots et les chatons, car ils provoquent une baisse du système immunitaire, un ralentissement de la croissance, des troubles digestifs, respiratoires et cutanés. En trop grand nombre dans le tube digestif d'un jeune animal, les ascaris peuvent obstruer l’intestin. 

Chez l’humain, les larves ingérées peuvent migrer jusqu'à des organes comme l'œil ou le cerveau. 

 

Les vers à crochet 

Comme son nom le laisse entendre, ce ver s'accroche à la paroi intestinale et se nourrit du sang de son hôte. Cette perte sanguine provoque une diminution de la vitalité chez le jeune animal. Les adultes auront des symptômes de diarrhée et de perte de poids. 

Chez l’humain, les larves, logées sous la peau, causent une irritation cutanée sous forme de sillon serpigineux. Ces lésions provoquent des démangeaisons rougeâtres, mais elles se soignent facilement une fois diagnostiquées.

 

Les vers à fouet

Les vers à fouet s’alimentent aussi de sang dans le tube digestif des chiens et des chats. Ils causent une diarrhée sanguinolente pouvant être fatale. Des traitements répétés sont nécessaires pour éliminer ce parasite.  

C’est aussi une zoonose pour l’humain où il cause une infection de la peau avec des éruptions serpigineuses comme pour le vers à crochet. Si l’infestation est grave, ils peuvent causer l’anémie. 

 

Les ténias

Cycle du ténia chez le chat
© http://vetvieuxvillage.com

 

Les ténias communs ne sont pas considérés comme des zoonoses pour l’humain. Les chats sont plus susceptibles que les chiens d’avoir le ténia. Ils l’attrapent par ingestion de puces et de rongeurs qui sont les hôtes intermédiaires. L’élimination des puces est sans aucun doute la première étape pour la protection de votre chat contre ténia. Ce sont les segments du ver (grains de riz) qui sont rejetés dans l’environnement. 

 

La prévention

Voici quelques moyens préventifs pour éliminer et prévenir l’infection attribuable aux PI :

  • Contrôler les puces sur vos animaux; 
  • couvrir les carrés de sables d’enfants; 
  • laver vos mains, la literie et les jouets des enfants régulièrement;
  • ne jamais boire d’eau d’un cours d’eau ou d’un lac;
  • porter des gants quand vous travaillez dans la terre à l’extérieur;
  • prévenir le comportement de chasse des chats;
  • ramasser et jeter les excréments; 
  • vermifuger les adultes deux ou trois fois par année; 
  • vermifuger les chiots et les chatons en bas âge à intervalles réguliers plusieurs fois la première année de vie.

En conclusion, la vermifugation régulière de vos animaux de compagnie est importante et reste la meilleure façon de protéger votre famille des parasites intestinaux pouvant causer une zoonose !

 

Martine Lavallée, B.A.A. et technicienne en santé animale

 

1 Une zoonose est une affection transmissible de l’animal à l’homme et inversement.

2 Un kyste est muni d’une couche extérieure très résistante et est capable de survivre dans des conditions environnementales extrêmes et ce, pendant des années.

3 Image recueillie sur www.vetrepro.fr

Voici notre suggestion de produit pour maintenir la santé intestinale et offrir à vos amis à quatre pattes une meilleure qualité de vie :