CHRONIQUES

© Martine Lavallée B.A.A. et Technicienne en santé animale

Parlez-vous

Chien?

Les spécialistes en comportement canins, ou éthologistes, ont déterminé que dans une meute de chiens, la survie passe par une communication optimale, de surcroît un langage universel. Car à l’inverse des humains, qu’il soit africain, américain, européen ou japonais, les chiens possèdent tous le même langage partout sur Terre. Cependant, leur mode de communication n’est malheureusement que rarement compris par nous, les humains.

Toutefois, le chien qui n’a pas été sociabilisé correctement à son espèce canine ou qui a été séparé trop tôt de sa fratrie, peu importe de quel pays il vient, n’aura pas appris le langage canin. Toute sa vie, ce chien aura du mal à se faire comprendre et à interpréter les autres individus.

Dans cette chronique, je vous présenterai les principaux signes de communications ainsi que leur signification et parfois les actions à poser en tant qu’humain. En apprenant à observer et interpréter correctement certains indices que notre chien nous adresse, nous comprendrons peut-être mieux ses attitudes.

Vivre en paix 

Tout comme nous, les chiens ont une volonté d’éviter les conflits afin d’obtenir une relative harmonie entre eux. En effet, vivre en paix assure une cohésion. Les conflits, eux, sont considérés dangereux, car ils risquent d’occasionner de la douleur et des blessures. Les bagarres menacent la vie de toute la meute et l’amènent vers l’extinction.

Pour arriver à des relations harmonieuses, les chiens se servent du monde des perceptions visuelles, olfactives et auditives. Grâce à leurs sens aigus, ils sont en mesure de capter des détails parfois insignifiants pour l’homme : pupille qui se dilate; changement d’expression; un son émit à très bas volume; etc.

Selon les éthologistes, le mode de communication des chiens s’appelle «signaux d’apaisement» ou «attitudes communicantes». Ces dernières englobent des postures, regards, mimiques et mouvements que les chiens produisent pour s’auto apaiser d’une situation tendue à leurs yeux. Comme pour faire comprendre à un individu qu’ils sont en train de vivre une situation qui les rend dans un état émotionnel inconfortable. De plus, ils peuvent aussi exprimer leurs intentions pacifiques à leurs confrères. On dénombrerait pas moins d’une trentaine attitudes communicantes. 

 

Les chiens utilisent aussi ces attitudes communicantes avec les humains, même si nous sommes une espèce différente de la leur. Évidemment, les chiens croient à tort que nous les comprenons. D’ailleurs, quand nous ne percevons pas bien les signaux que notre chien nous envoie, ou que nous nous trompons dans leur interprétation, ou pire que nous les punissons de les avoir émis, nous pouvons commettre des dommages irréversibles. Résultat, certains chiens peuvent arrêter d’émettre des avertissements puisque personne ne les comprend, quand d’autres malheureusement, peuvent devenir nerveux, angoissés, voire agressifs. Le pouvoir auto apaisant de ces attitudes communicantes est alors perdu.

1. Bâillement avec ou sans étirements

 Se manifestent lorsque :

  • on essaie de calmer notre chien d’un autre chien (ou un humain) qui s’approche car on ne connaît pas les  intentions;
  • la séance d’éducation dure trop longtemps;
  • notre chien a l’impression que son maître est en colère;
  • notre chien est surexcité, impatient et joyeux;
  • les humains crient et se disputent dans la maison;
  • on interdit au chien de faire quelque chose;
  • quelqu’un marche rapidement en direction de notre chien;
  • quelqu’un se penche au-dessus de notre chien; 
  • son propriétaire demande au chien de faire quelque chose dont il n’a pas envie.

 


2- Détourner la tête, le regard, le corps tout entier :

 Ce signal est très fréquemment utilisé chez le chien. Celui-ci tourne la tête de côté ou se retourne complètement de façon à présenter son postérieur. C’est utilisé lorsque quelqu’un s’approche du chien et que celui-ci ne veut pas établir de contact. Ou quand il perçoit l'approchant comme instable ou inquiétante.

 Se manifestent lorsque :

  • il est surpris;
  • on fait des séances d’exercices trop longues;
  • on veut gronder notre chien;
  • quelqu’un s’approche du chien de face, celui-ci parait inquiétant ou agressif.

 

 

 

 


 

3. L’immobilisation :

Le chien peut s’immobiliser lorsqu’il ne se sent pas à l’aise dans une situation. 

 Se manifestent lorsque :

  • le chien peut ressentir de la peur et a besoin d’adopter ce comportement pour se calmer.

4. Approcher lentement, faire des mouvements lents :

Les chiens peureux, inquiets ou mal à l’aise peuvent utiliser ce mécanisme de défense qui a un effet calmant et rassurant. En approchant ainsi, le chien annonce qu’il ne vient pas chercher le trouble, mais qu’il est inconfortable.

Action recommandée pour l’humain : Si notre chien arrive vers nous très lentement lorsqu’on l’appelle, demandons-nous sur quel ton de voix nous le faisons. Toujours utiliser un ton jovial et doux quand on fait le rappel de notre chien, même si l’on ressent une forme de panique intérieure quand il ne revient pas rapidement. Autrement, il pourrait perdre confiance en nous. 


5. Se lécher la truffe :

 Se manifestent lorsque :

  • le chien gère difficilement une situation;
  • il se sent inconfortable. 

6. Avancer de biais :

Permet au chien d’évaluer une situation. Il peut incliner légèrement la tête, s’approchant de biais en même temps qu’il parcourt les lieux du regard pour accueillir un maximum d’informations sur cet environnement qui peut être intimidant. 

 Se manifestent lorsque :

  • deux chiens se croisent et qu’ils ne peuvent échapper à la promiscuité.

7. La position de l’invitation au jeu : 

Oreilles dressées, pattes de devant au sol, le postérieur en l’air, le chien peut bouger une patte après l’autre, parfois avec jappements, gémissements, sautillements sur place. 

 Se manifestent lorsque :

  • il y a une rencontre entre plusieurs chiens et ils annoncent leurs intentions pacifiques;
  • pour prendre, les devants face à un chien qui l’inquiète;
  • qu’il a un humain en colère, mais que le chien signifie que ce dernier n’est pas une menace.

8. S’asseoir et/ou lever une patte : 

 Se manifestent lorsque :

  • ce signal peut être utilisé pour calmer un chien qui s’approche trop rapidement ou pour calmer son propriétaire qu’il perçoit comme en colère ou fâché.

9. Renifler le sol : 

Il peut renifler le sol tout en regardant devant lui ou sur les côtés. On le voit aussi beaucoup dans les groupes de chiots.

 Se manifestent lorsque :

  • à l’approche d’un individu ou d’un objet inconnu;
  • le chien est dans un endroit bruyant et stressant; 
  • il y a un groupe de chiens qui évolue sans être attachés; 
  • on marche dans la rue avec notre chien en laisse.  

 

ATTITUDES COMMUNICANTES

ET À QUEL MOMENT ELLES SE MANIFESTENT

  • le « sourire », certains chiens montrent les dents comme s’ils souriaient.
  • le léchage des lèvres de l’humain ou des babines d’un autre chien.
  • les battements de queue sont utilisés pour exprimer les émotions, éventuellement calmer un autre individu perçu comme inquiétant.
  • se coucher sur le dos en présentant son ventre, fréquemment interprétée comme une marque de soumission, cette attitude a aussi pour effet de montrer son intention non agressive et a un pouvoir auto apaisant.
  • se tourner pour présenter son postérieur, peut servir à calmer l’excitation des chiots qui gesticulent nerveusement. 
  • uriner sur le sol est associé à d’autres signes, ce signal indique une forte émotion de peur.  Il peut     aussi sauter sur son maître et essayer de lui lécher les lèvres pour l’apaiser.

 


Sources :

Comment interpréter les comportements du chien de compagnie, La cause des chiens. Volume 1 et Volume 2 de Laurence Bruder Sergen, une excellente auteure décédée tragiquement en 2019.

D’autres attitudes communicantes moins fréquentes 

Action recommandée pour l’humain : Quand il m’arrivede rencontrer un chien qui adopte cette attitude, je ne l’oblige surtout pas accepter mes caresses ou à supporter mon regard, je me comporte comme s’il n’était pas là et j’attends qu’il fasse de lui-même la démarche de venir vers moi.